Invité de la matinale d’Europe 1

Europe de la croissance et de l’emploi, Grèce, éleveurs, TTIP, migration… : mon interview ce matin sur Europe 1 à revoir ci-dessous.

Le Grexit est derrière nous. Nous avons besoin d’une zone euro plus intégrée. Il faut aller de l’avant.


Pierre Moscovici: « Ce n’est pas un problème de… par Europe1fr

Mon interview dans la matinale d’Europe 1

Invité sur Europe 1 ce matin, je me suis exprimé sur plusieurs sujets majeurs, notamment le redressement de notre pays et de son économie, le nécessaire désendettement, la réduction de la dépense, la croissance, la compétitivité, ou encore l’emploi. Dans tous ces domaines, nous sommes actifs pour répondre aux attentes des Français et des entreprises.

 

Bilan à la sortie de la réunion de l’ECOFIN à Bruxelles

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous ma courte interview à la sortie de l’ECOFIN de ce jour à Bruxelles, dans laquelle j’indique les sujets qui ont été abordés lors de cette réunion.

Il faut continuer à mener le combat pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, poursuivre la lutte contre la fraude fiscale, et mener à bien l’union bancaire.

 

La « règle » d’or est un mensonge politique.

TRIBUNE de Pierre Moscovici parue dans Libération daté du 29 août 2011.

La désormais fameuse règle dite d’« or », dont Nicolas Sarkozy tente de faire l’alpha et l’oméga du débat politique français, voire européen, est juridiquement inutile, matériellement abusive et politiquement mensongère.

Juridiquement inutile, car les traités européens, depuis Maastricht, posent des règles obligeant à respecter des critères de convergence pensés à l’époque pour le bon fonctionnement de la monnaie unique. Or, ces critères, respectés par le gouvernement de Lionel Jospin qui a préparé l’entrée de la France dans l’euro, ont commencé à être bafoués dès l’arrivée de la droite au pouvoir, après 2002. Les mécanismes de sanction existent. Ils ont même été initiés par la Commission européenne, au moment où les dérapages des finances publiques nationales commençaient. Mais le Conseil, réunion des Etats membres, l’a allègrement contredite, l’affaire se terminant devant la Cour de justice, qui laissa finalement aux Etats la marge de manœuvre voulue. La leçon de l’épisode est que le droit ne peut rien sans bonne volonté des Etats. Au reste, si l’objectif est d’encourager le législateur à planifier la réduction des déficits sur plusieurs années, on ne voit pas ce qui l’interdirait dans la Constitution dès à présent.

Au contraire, selon l’article 34 de la Constitution française, les orientations pluriannuelles des finances publiques définies par les lois de programmation s’inscrivent dans l’objectif d’équilibre des comptes des administrations publiques.

Continuer la lecture

« François Hollande peut incarner un changement » – Le Bien Public

Interview de Pierre Moscovici dans Le Bien Public, quotidien régional diffusé en Côte-d’Or, du 19 juillet 2011 – par Cyrill Bignault.

Le premier séminaire de travail de l’équipe autour de François Hollande se tient aujourd’hui à Dijon. Rencontre avec son coordinateur, Pierre Moscovici, député du Doubs.

Pourquoi avez-vous rejoint François Hollande ?

« Je soutenais Dominique Strauss-Kahn, mais après son retrait, je pense que François Hollande est le plus proche de mes idées réformistes, des idées sociales démocrates. Nous avons en commun un engagement à gauche, une passion européenne et une volonté d’agir de manière réaliste. J’ai aussi la conviction que François Hollande est aujourd’hui le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy, ce qui doit être l’objectif central pour les socialistes. C’est un choix de cohérence. Mon engagement est sans réserve. »

Vous êtes coordinateur de l’équipe Hollande. En quoi cela consiste ?

« Dans l’équipe de campagne, il y a de nombreux talents qui proviennent de diverses familles du PS. Mon rôle sera de faire en sorte que la campagne soit à la fois la plus efficace et la plus créative et imaginative possible. Cela suppose aussi de faire un travail sur les idées car c’est sur le projet que les Français nous choisiront. Le rejet du sarkozysme est une composante essentielle, mais ce qui fera l’élection, c’est l’espoir placé dans la gauche. »

Aujourd’hui, à Dijon, aura lieu le premier séminaire de l’équipe en présence de François Hollande. Quels en seront le thème et les enjeux ?

« C’est une réunion de mobilisation et d’organisation autour de François Hollande. La campagne des primaires débutera vers le 20 août. C’est aussi un symbole de l’amitié qui peut exister entre François Hollande et François Rebsamen, auquel je me joins bien volontiers. Nous aborderons à la fois l’organisation de cette équipe de campagne et les thèmes sur lesquels on va insister. Je suis persuadé, par exemple, que c’est sur l’efficacité économique, la justice sociale ou encore la mutation écologique, que se construira notre succès. »

Continuer la lecture