P. Moscovici. «DSK fait paniquer la droite »

Qui fait le plus de mal à DSK. Est-ce Christian Jacob ou Jean-Luc Mélenchon?

La vie politique est dure. Et si Dominique Strauss-Kahn est candidat à l’élection présidentielle, ce que je souhaite, la campagne sera difficile. On ne peut pas demander que la campagne se déroule dans un univers de bisounours. DSK devra répondre aux attaques. Il devra montrer qu’il n’est pas un haut-fonctionnaire expatrié, mais un homme qui connaît bien la France, un homme qui a été député pendant vingt ans et maire de Sarcelles, une commune populaire. Ce que je reproche à Monsieur Jacob, c’est d’avoir placé la campagne sur un terrain plus que glissant avec des propos malsains et nauséabonds. Jean-Luc Mélenchon est à l’attaque sur un certain nombre de thèmes. Je ne l’approuve pas. Je pense qu’il se trompe et qu’il risque ainsi de dégrader la possibilité d’unir la gauche. Je crois aussi que cela ne marchera pas, parce que ses électeurs n’approuvent pas cette démarche. Mais ce n’est pas de même nature que les attaques lancées par une partie de la droite.

Après la déclaration d’Anne Sinclair, les attaques de la droite ne contribuent-elles pas à faire de DSK le candidat incontournable du PS?

De la part de la droite, ces attaques traduisent en tout cas une sorte d’inquiétude et même une puissante panique. Depuis les propos d’Anne Sinclair, on a compris à l’Élysée que la probabilité d’une candidature de Dominique Strauss-Kahn était forte, et même qu’elle allait croissante. Comme le président a montré, à l’occasion de l’émission de TF1, qu’il manquait totalement de ressort et d’énergie, il y a désormais une crainte à droite. Je pense que ce sentiment de panique se retournera contre ceux qui l’éprouvent parce qu’il conforte la possibilité d’une candidature de DSK.

Continuer la lecture