Extraits de mon interview parue aujourd’hui dans Paris Match

 

Retrouvez ci-dessous des extraits de mon interview parue aujourd’hui dans Paris Match :

La zone euro ne pouvait tolérer une « économie casino », ni demander aux contribuables européens de régler à eux seuls la note. Il fallait donc agir.

Paris Match : Êtes-vous satisfait des décisions prises dans la nuit du 25 mars concernant Chypre ?
C’est un accord finalement juste. Nous ne pouvions pas rester inertes face à cette situation. Et il faut rappeler que l’économie chypriote reposait sur un système critiquable, où la totalité des dépôts bancaires représentait sept fois le PIB, avec des rémunérations des comptes très avantageuses et des impôts très bas, dont celui sur les sociétés. Les non-résidents détenaient 45% des dépôts. Ce système n’était plus soutenable puisqu’il y avait des fuites de capitaux. Sans oublier que la zone euro ne pouvait tolérer une « économie casino », ni demander aux contribuables européens de régler à eux seuls la note. Il fallait donc agir.

[…]

Le rôle du politique, c’est d’élever le débat, de rassembler, pas de diviser ou d’insulter.

Compte tenu de vos efforts, comment avez-vous régi aux attaques lancées par le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon ?
Se faire traiter de « salopard », dont on dit qu’il a « un nom et une adresse », est inacceptable en toutes circonstances. Ces attaques, qui ne sont pas un dérapage verbal mais bien une stratégie de dénigrement des sociaux-démocrates, mélangent l’invective, le dénigrement et la brutalité. Cela va trop loin. Le rôle du politique, c’est d’élever le débat, de rassembler, pas de diviser ou d’insulter. […]

Vous pouvez retrouver la suite de cette interview dans le magazine Paris Match, paru ce jour, ou en cliquant sur le lien suivant : http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Pierre-Moscovici-La-mechancete-de-melenchon-est-regrettable-473941/