Déplacement au Salon international de l’aéronautique et de l’espace Paris – Le Bourget

Je me suis rendu cet après-midi sur le Salon international de l’aéronautique et de l’espace Paris – Le Bourget, à la rencontre des acteurs de l’industrie aéronautique, aussi bien les PME que les grands groupes, dans les filières civiles et militaires.

En tant que Ministre de l’Economie et des Finances, j’ai souligné l’attention du gouvernement au bon développement de la filière française d’aéronautique et de défense, qui regroupe des entreprises performantes, véritables fleurons technologiques. Nous les accompagnons au quotidien dans leur croissance, notamment en tant qu’actionnaire, et dans leur développement international, par exemple en améliorant les dispositifs de financements à l’exportation.

Les agents des Douanes m’ont présenté leur nouvel avion de surveillance, le Beechcraft KA 350 ER, pour toujours plus d’efficacité dans leurs missions.

En marge de ce déplacement, j’ai répondu aux questions du journaliste de CNN Richard Quest, sur la protection de l’exception culturelle française et sur la relance de la croissance en Europe, interview diffusée ce soir et demain dans l’émission Quest Means Business.

Les photos de cette visite du 50e Salon du Bourget :

 

 Continuer la lecture

Une séquence réussie

La semaine qui vient de s’écouler était importante pour la campagne de François Hollande, pour la gauche, donc pour les Français qui entrent dans le débat présidentiel. Je sais qu’on me prête parfois un excès d’optimisme – à tort, je vais m’en expliquer – même si j’assume de croire en la victoire, et d’y travailler sans compter. Il me semble toutefois pouvoir dire, sans outrecuidance ni arrogance, et rejoignant ainsi le jugement des observateurs les plus objectifs, que ce moment a été un succès.

Pour ma part, connaissant les qualités de François Hollande, je n’étais pas inquiet outre mesure.

Je suis conscient, en effet, des attentes, voire des doutes qui se tournaient vers notre candidat, vers nous. J’entendais la petite musique médiatique, qui avait pénétré certains esprits, les interrogations sur la campagne, je voyais les attaques grossières, brutales, mais concertées des « snipers » sarkozistes, alimentés par « la cellule riposte » de l’UMP, que j’ai qualifiée de cabinet noir, je sentais qu’à défaut de convaincre elles pouvaient impressionner. Pour ma part, connaissant les qualités de François Hollande, conscient du travail fait dans et autour de l’équipe de campagne, je n’étais pas inquiet outre mesure. Pour autant, je savais l’ampleur de la tâche, la hauteur de la haie à franchir : rien n’était acquis. Une séquence majeure s’ouvrait à trois temps : le discours du Bourget, la présentation du projet, enfin l’émission « des paroles et des actes » sur France 2 et la confrontation attendue avec Alain Juppé, l’ « atout maître » de Nicolas Sarkozy, son « joker ». L’ensemble, j’en ai la conviction, a été maîtrisé.

Continuer la lecture