Interview parue aujourd’hui dans Le Figaro sur PSA

Je m’exprime aujourd’hui dans le quotidien Le Figaro sur l’entrée de l’État et du constructeur chinois Dongfeng dans le capital de PSA. Retrouvez ci-dessous cet entretien, dans lequel j’affirme l’ancrage du constructeur automobile français dans notre pays, et ses perspectives de développement renouvelées à l’international.

INTERVIEW – Ancien député du Doubs et ancien président de la communauté d’agglomération du pays de Montbéliard, Pierre Moscovici connaît les Peugeot de ­longue date. Aujourd’hui ministre de l’Économie et des Finances, il s’est impliqué dans l’opération de sauvetage de PSA. Il explique au Figaro quel sera le rôle de l’État actionnaire.

LE FIGARO. – Quel rôle l’État vient-il jouer dans l’opération annoncée ce mercredi par PSA?

Nous sommes ­intervenus dans une grande ­discrétion, ce qui était un gage d’efficacité, mais avec déter­mination. Je me suis person­nellement impliqué, à la fois comme pilote de l’État action­naire et comme interlocuteur des Chinois.

Pierre MOSCOVICI. – L’État a été très présent, tout au long des derniers mois et depuis qu’il a ­apporté sa garantie à la ­banque de PSA, et jusqu’à cet aboutissement. Cette négociation longue et complexe a représenté des centaines d’heures de travail pour moi-même et pour nos ­équipes. Nous sommes ­intervenus dans une grande ­discrétion, ce qui était un gage d’efficacité, mais avec déter­mination. Je me suis person­nellement impliqué, à la fois comme pilote de l’État action­naire et comme interlocuteur des Chinois.

L’État intervient ici comme un investisseur avisé et stratégique, qui va participer à une opération qui donnera à PSA des moyens pour investir et pour assurer son ancrage français. Je pense qu’il est parfaitement légitime que nous l’aidions à écrire une nouvelle page de son histoire. Et je suis fier de cet aboutissement.

Ne craignez-vous pas que l’attelage de trois actionnaires aussi différents que l’État, la famille Peugeot, et le groupe chinois Dongfeng, ait du mal à fonctionner? L’État aura-t-il la possibilité de s’opposer à de grandes décisions stratégiques par exemple?

L’État français sera un actionnaire pri­mordial de PSA et, à ce titre, il sera écouté. Il est évidemment porteur de l’intérêt général.

Continuer la lecture

Ma réaction à l’annonce par PSA de la production de la remplaçante de l’Opel Zafira à Sochaux

Ma réaction à l’annonce par PSA de la production de la remplaçante de l’Opel Zafira à Sochaux

Je me réjouis de l’annonce par PSA Peugeot Citroën de la production de la remplaçante de l’Opel Zafira à l’usine de Sochaux.

Cette annonce s’inscrit dans le cadre de la collaboration de PSA avec General Motors, et témoigne de l’attachement du groupe au site historique de Sochaux. Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour ce site, ainsi que pour les sous-traitants et fournisseurs qui participent à l’écosystème local.

Je rappelle à ce titre mon attachement à la filière automobile en France et dans le Pays de Montbéliard. Cette annonce est pour le territoire industriel local un signe positif, preuve de son attractivité et de ses savoir-faire. Plus largement, je suis avec attention le développement économique et la diversification du Pays de Montbéliard, tout comme ceux de l’ensemble du territoire.

« Internationales » sur TV5 Monde – RFI – Le Monde

Retrouvez ci-dessous mon interview dans l’émission « Internationales » hier sur TV5 Monde – RFI – Le Monde.

J’y ai abordé de nombreux sujets : Mali, Europe, zone euro, présidence de l’Eurogroupe, politique économique française, croissance, réduction des déficits et de la dépense, réforme bancaire, réforme du travail, industrie automobile, compétitivité, attractivité…