Mon interview dans l’émission Parlement Hebdo sur LCP et Public Sénat

Invité de l’émission Parlement Hebdo sur LCP et Public Sénat, j’ai répondu aux questions de Kathia Gilder et Michaël Szames sur l’actualité politique de la semaine.

Réforme ferroviaire, climat politique, rapport de la Cour des comptes, Alstom, réforme territoriale, transition énergétique, ou encore PSA : autant de sujets sur lesquels je m’exprime dans la vidéo ci-dessous.

Nous devons bâtir l’Europe de l’investissement, pour retrouver l’élan du projet européen.


Parlement Hebdo : Pierre Moscovici, député… par LCP

Interview « l’invité politique » sur Radio Classique et Public Sénat

J’étais ce matin l’invité politique sur Radio Classique et Public Sénat. J’ai notamment abordé les sujets de l’emploi, de l’industrie française, de la compétitivité, et de la croissance.

«Dominique Strauss-Kahn est celui qui peut nous éviter un 21 avril»

Interview disponible sur www.publicsenat.fr

Après les derniers sondages, Pierre Moscovici affirme qu’« un 21 avril n’est plus écarté ». Mais « avant de penser à rassembler la gauche, commençons par rassembler les socialistes et maîtrisons notre primaire », affirme ce proche de DSK. « La question d’un candidat unique PS-écologistes se posera peut-être en mars 2012. Daniel Cohn-Bendit l’envisage. Elle ne se pose pas en mars 2011 », ajoute le député du Doubs. Pour le projet du PS pour 2012, il pense qu’il «manque » encore une « vision », même si le PS n’est pas « démuni » d’idées. Quant à Nicolas Sarkozy, « il a sans aucun doute nourri le FN. (…) Il a été d’abord un pompier pyromane. Maintenant ça ressemble un peu à l’arroseur arrosé ». Entretien.

Alors que Marine Le Pen continue sa montée dans les sondages, le PS vous semble-t-il audible ?

La vraie question c’est comment peut-on analyser ce sondage. D’abord un sondage donne des indications mais seule une série de sondages permet de connaître une vraie tendance. Ce que nous pouvons constater, c’est qu’il y a un effondrement de la droite sarkozyste, une percée du FN dont l’ampleur reste à évaluer, et une libération de cette parole. Les cantonales donneront à cet égard une indication précise. Nous ressentons aussi une attente, une exigence, par rapport au Parti socialiste, à laquelle nous devons répondre, en gardant notre sang-droit, sans tomber dans les règlements de compte internes, sans faire de procès personnels à quiconque, mais en étant conscient que c’est pour nous un avertissement collectif. Nous avons aussi une responsabilité collective d’élever le niveau de notre offre politique pour être plus convainquant, plus entrainant. Les Français savent que l’alternance passe en 2012 par le PS. Mais ils attendent encore de nous que nous leur donnions envie de nous faire confiance. Et ce sondage doit, non pas nous réveiller, mais nous aiguillonner.

Continuer la lecture