Mon interview dans « Tirs Croisés » sur i>TELE

J’étais hier à 18h40 l’invité politique de Laurence Ferrari dans l’émission « Tirs Croisés » sur i>TELE.

Europe, Commission, Gouvernement, redressement, emploi : retrouvez ci-dessous la vidéo de mon interview :

 

Invité de l’émission BFM Politique sur BFMTV, BFM Business, RMC, Le Point

J’étais hier l’invité de l’émission BFM Politique sur BFMTV, BFM Business, RMC, Le Point. De 18h à 20h, j’ai apporté mes réponses sur la politique économique de la France, sur la vie politique nationale, sur l’actualité économique, ou encore sur les sujets européens et internationaux. J’ai insisté sur les trois piliers de notre politique économique : sérieux, réformes, et pacte de responsabilité pour la croissance et pour l’investissement.

Toute mon énergie comme ministre de l’Economie et des Finances est mobilisée pour que l’économie française ait plus de moyens pour investir, donc pour croître, et plus d’emplois.

BFM Politique 1/6 : Interview par Apolline de Malherbe :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV


BFM Politique 2/6 : Interview de BFM Business, par Hedwige Chevrillon :

BFM Politique: L’interview BFM Business, Pierre… par BFMTV

  –

BFM Politique 3/6 : Interview par Étienne Gernelle, directeur du Point :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV

  –

BFM Politique 4/6 : Interview par Apolline de Malherbe :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV
  –

BFM Politique 5/6 : Débat face à Pierre-André de Chalendar, président-directeur général de Saint-Gobain.


BFM Politique: Pierre Moscovici face à Pierre… par BFMTV
  –

BFM Politique 6/6 : L’After RMC : réponses aux questions de Véronique Jacquier :

BFM Politique: L’After RMC: Pierre Moscovici… par BFMTV

Mon interview hier dans l’émission Questions d’Info sur LCP, en partenariat avec l’AFP, Le Monde et France Info

J’étais hier l’invité de l’émission Questions d’Info sur La Chaîne Parlementaire LCP, en partenariat avec l’AFP, Le Monde et France Info. Le redressement de la France, la reconquête de la compétitivité française, avec plus de croissance et plus d’emplois, au cœur d’une économie forte dont la voix porte en Europe et dans le monde : nous sommes pleinement mobilisés et engagés.

Retrouvez ci-dessous toutes mes réponses en vidéo :

Questions d’Info : Pierre Moscovici, ministre… par LCP

Chiffres du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2013 : communiqué de presse

L’enquête de l’Insee, conforme aux standards internationaux, indique que le chômage au sens du BIT a baissé au 4e trimestre en France, pour la première fois depuis plus de deux ans, et s’est stabilisé sur un an. Le gouvernement est entièrement mobilisé pour faire reculer durablement le chômage.

Voici le communiqué de presse que j’ai publié ce matin avec Michel Sapin à ce sujet.

Pierre MOSCOVICI et Michel SAPIN ont pris connaissance des chiffres du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2013

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’économie et des finances, et Michel SAPIN, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, ont pris connaissance des résultats de l’enquête Emploi au 4e trimestre 2013.

D’après l’Insee, le taux de chômage au sens du BIT a reculé de 0,1 pt au 4e trimestre 2013 pour s’établir à 10,2 % en France entière et à 9,8 % en France métropolitaine. Le chômage est stable sur un an. Le nombre de chômeurs au sens du BIT s’élève à 2,8 millions de personnes en fin d’année 2013. L’Insee confirme également le recul durable du chômage des jeunes depuis un an, qui a, à nouveau, baissé fortement au 4e trimestre (-1,1 point par rapport au 3e trimestre et -2,6 points sur un an).

La statistique publique produit plusieurs indicateurs pour mesurer la situation de l’emploi et du chômage en France. D’après l’enquête de l’Insee, conforme aux standards internationaux, le chômage au sens du BIT a baissé au 4e trimestre, pour la première fois depuis plus de deux ans, et s’est stabilisé sur un an. D’après les données administratives de Pôle emploi, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A aura vu son évolution ralentir courant 2013 avant de se stabiliser en fin d’année. Il n’est pas exceptionnel que ces indicateurs divergent ponctuellement, même s’ils évoluent en phase dans le temps et affichent des tendances globalement similaires.

Tous ces indicateurs convergent pour révéler une même réalité : le chômage demeure élevé, mais la situation s’est stabilisée tout au long de l’année 2013, avec une amélioration de l’emploi privé en fin d’année. L’action déterminée du Gouvernement en faveur de l’activité et de l’emploi a permis d’enrayer la machine à détruire des emplois et d’enfin renouer avec les créations d’emploi. C’est ainsi que l’année 2013 s’est soldée avec des créations nettes d’emplois total, grâce aux effets des politiques de l’emploi, et qu’elle aura vu, pour la première fois depuis un an et demi, le secteur privé recréer des emplois au 4ème trimestre, signe de l’impact des politiques en faveur de la compétitivité et de l’emploi, et notamment le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Cette bataille ne s’arrête pas là et ses effets devront être amplifiés pour faire reculer durablement le chômage dans notre pays. C’est l’enjeu du « Pacte de responsabilité » souhaité par le Président de la République et que mettra en œuvre le Gouvernement, avec l’appui des partenaires sociaux, des territoires et des entreprises.

Ma réponse au député Rudy Salles sur la politique de redressement du pays – QAG

Cet après-midi à l’Assemblée nationale, j’ai répondu au député Rudy Salles sur la politique de redressement du pays menée par le gouvernement, lors de la séance de questions au gouvernement. Nous agissons sur la compétitivité, sur l’attractivité, pour plus de croissance, d’investissements et d’emplois.

Nous redressons le pays que vous avez dégradé, désindustrialisé et endetté.


Attractivité et croissance : réponse de Pierre… par pierremoscovici

Mon interview dans « Les 4 Vérités » de Télématin sur France 2

La France a une croissance à 0,3 % sur l’ensemble de l’année 2013 : j’ai annoncé ce chiffre encourageant ce matin à 7h50 dans l’émission « Les 4 Vérités » sur France 2. Ce résultat, conjugué aux tendances sur la consommation et l’investissement, nous incite à poursuivre nos réformes volontaires pour redresser le pays, au service de nos concitoyens et des entreprises.

L’investissement a crû de 0,6 % au quatrième trimestre 2013, et 0,9 % pour l’investissement des entreprises.

Mon discours lors du 19ème Rassemblement national des secrétaires de section à Paris ce samedi

J’ai participé ce samedi 1er février au 19ème Rassemblement national des secrétaires de section du Parti socialiste à la Maison de la Mutualité à Paris. L’occasion de présenter notre vision d’une France qui va de l’avant, d’un pays qui se redresse, avec un gouvernement volontaire et porteur de réformes, au sein d’une Europe réorientée vers la croissance et l’emploi, au Europe au service de ses peuples.

Voici le discours que j’ai prononcé en conclusion de ce rassemblement :

Discours lors du 19ème rassemblement national des secrétaires de section

Samedi 1er février 2014

 

 

Cher Harlem,

Chers camarades, Chers amis,

C’est en ministre de l’Economie et des Finances, mais surtout en militant socialiste, en élu local, en candidat aux élections municipales dans un territoire durement marqué par la désindustrialisation et le Front national, en européen convaincu que je veux vous parler.

Harlem m’a demandé de m’exprimer devant vous et de clôturer notre journée. Je l’en remercie. Car nous sommes ici aujourd’hui, pour ce rassemblement annuel des secrétaires de section, à l’entrée de la dernière ligne droite qui nous mène aux élections municipales puis aux élections européennes. C’est en ministre de l’Economie et des Finances, mais surtout en militant socialiste, en élu local, en candidat aux élections municipales dans un territoire durement marqué par la désindustrialisation et le Front national, en européen convaincu que je veux vous parler.

Dans mes fonctions, je me déplace, souvent, autant que je le peux, pour parcourir la France, parler à nos salariés, à nos entreprises, à nos forces vives. A chaque fois, je prends le temps, le soin de rencontrer les militants de la fédération. Je sais, plus que tout autre, la difficulté de votre tâche, celle de vous battre sur le terrain, alors que la situation économique est si difficile et les Français, si impatients. Je sais aussi les questions qui se posent parmi les militants, les doutes qui les assaillent – parfois même sur l’action de notre gouvernement. Paris qui paraît bien loin, Bruxelles plus encore. Je vois le temps qui passe, les attentes qui demeurent, les résultats qui arrivent, mais trop lentement. C’est à cela que je veux répondre.

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy, les dix années de droite au pouvoir, c’est 612 milliards d’augmentation de la dette publique. C’est 75 milliards de cadeaux fiscaux pour les plus riches et 24 taxes supplémentaires pour tout le monde.

Je veux vous dire d’abord et toujours – il faudra le dire pendant 5 ans, parce que c’est le temps qu’il faudra pour redresser notre pays ! – à quel point la droite a affaibli la France. Nicolas Sarkozy, dans son « teasing » un peu indécent pour préparer son retour, ose nous dire « je n’ai jamais menti ». Mais nous n’avons aucune leçon à recevoir de lui, à recevoir de l’UMP, qui prend chaque semaine des accents plus agressifs ! Si la situation est difficile, si les efforts demandés aux Français sont importants, c’est parce que leur échec pèse encore sur notre pays. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy, les dix années de droite au pouvoir, c’est 612 milliards d’augmentation de la dette publique. C’est 75 milliards de cadeaux fiscaux pour les plus riches et 24 taxes supplémentaires pour tout le monde. Et tout le reste : les 80 000 postes de professeurs supprimés en 5 ans ; l’augmentation de 8,7 milliards du déficit de la sécurité sociale. C’est 1 million de chômeurs en plus. Et, cerise sur le gâteau, un chiffre désespérément rond : 0 point de croissance supplémentaire sur l’ensemble de son quinquennat ! Alors ne nous laissons pas faire, Chers camarades !

La vérité, elle est là : c’est parce que la droite a rabaissé notre pays, abîmé notre industrie, fragilisé notre vivre-ensemble, que notre tâche est à la fois si lourde et si importante. Lorsque je les entends dauber sur notre action, je ne peux m’empêcher d’y songer : c’est notre responsabilité, c’est notre honneur que d’être aujourd’hui à la barre, pour réparer ce qu’ils ont détruit !

Je sais aussi pertinemment que certains de nos militants rêvaient d’autre chose, que tout serait plus facile si la situation économique et sociale était meilleure. Moi-même, j’ai parfois le souvenir, jeune ministre dans le gouvernement de la gauche plurielle, de ces 4% de croissance, de cette France à la tête de l’Europe rose, des 35 heures et des emplois jeunes. Mais ne nous y trompons pas mes camarades : l’objectif des socialistes, l’objectif du gouvernement, c’est bien de replacer la France dans cette dynamique, c’est bien de mobiliser toutes les énergies qui doivent nous permettre de poursuivre notre but historique, qui est celui de l’égalité et de la justice sociale, par le progrès et la croissance économique. Et c’est notre responsabilité de parti de gouvernement, notre responsabilité de cadres de ce parti que d’accepter ce défi, – y compris dans la difficulté –, de le relever sans douter et de garder la tête haute.

 

Je ne suis pas dupe : je sais, mes amis, les questions qui se posent dans nos rangs. Je les connais, parce que je nous connais. Elles reviennent à chaque fois que nous exerçons le pouvoir. Avons-nous changé ? La politique que nous menons est-elle socialiste ? Ne sommes nous pas tentés par le libéralisme, menacés par le renoncement ? Ces doutes, ces questions mes camarades, je les entends. Et le ministre de l’Economie et des Finances que je suis les entend sans doute plus fort encore que les autres ! Je ne veux pas les éviter, je ne veux pas les fuir. Mais je veux y répondre et je veux les éteindre.

L’emploi, c’est la première priorité de François Hollande, le président de la République, notre Président, l’objectif de toutes nos politiques économiques.

Continuer la lecture

Invité du Grand Jury RTL, LCI, Le Figaro

J’étais hier, dimanche 2 février 2014, l’invité de l’émission Le Grand Jury sur RTL, LCI, Le Figaro. Je vous invite à visionner ci-dessous mes réponses sur la politique économique du gouvernement, sur les réformes en cours et à venir, sur la vie politique française, sur l’Europe et la politique internationale.

1ère partie du Grand Jury :


Le Grand Jury du 02 février 2014 – Pierre… par rtl-fr

2ème partie du Grand Jury :