Situation économique : ma réponse à la sénatrice Muguette Dini – Questions au gouvernement

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous ma réponse aujourd’hui lors des questions au gouvernement du Sénat à Muguette Dini sur la situation économique de notre pays et la politique de redressement menée par le gouvernement.

Nous avons engagé des réformes structurelles, notamment sur le marché du travail et en matière de compétitivité, qui portent leurs fruits.

La France sort de la récession et nous devons tous nous en réjouir.

QAG : ma réponse sur la politique économique du gouvernement et ses résultats

J’ai répondu ce mardi 16 juillet 2013 au député Dino Cinieri, lors de la séance de questions au Gouvernement de l’Assemblée nationale, sur la politique économique du gouvernement et ses résultats.

Nous réformons le pays, nous le redressons : la France est en train de sortir de la récession.

 

Politique économique du gouvernement : réponse au député Guillaume Chevrollier – QAG

Vous pouvez visionner ci-dessous la vidéo de ma réponse à Guillaume Chevrollier, député UMP, ce mardi 28 mai 2013, lors de la séance de questions au gouvernement de l’Assemblée nationale, sur la politique économique du gouvernement et les réformes structurelles engagées.

Nous menons une politique réformiste, courageuse, qui transforme ce pays et lui offre de nouvelles perspectives.

 

Ma réponse cet après-midi lors des QAG sur la politique économique du gouvernement

Retrouvez ci-dessous la vidéo de ma réponse au député UMP Céleste Lett, sur la politique économique du gouvernement, aujourd’hui lors de la séance de questions au Gouvernement de l’Assemblée nationale.

Nous agissons de façon cohérente, résolue, déterminée, combative, offensive, comme l’a dit le Président de la République.

 

Mon interview dans l’émission ‘Mardi Politique’ sur RFI, France 24, Le Point et 20 Minutes

Invité hier soir de l’émission ‘Mardi Politique’ sur RFI, France 24, Le Point et 20 Minutes, je me suis exprimé sur de nombreux sujets, et notamment le bilan de la première année de ce quinquennat.

J’ai rappelé les nombreuses réformes engagées à Bercy ces 12 derniers mois, et réaffirmé la nécessité d’une Europe de croissance, de solutions, pour les peuples européens.

L’intégralité de l’interview en audio :

Mardi politique – 14/05/2013 – 1ère partie

(19:31)

Mardi politique – 14/05/2013 – 2ème partie

(19:29)

Un extrait vidéo de cette interview :

Bilan, vidéos et images du G7 à Aylesbury : ensemble, nous agissons pour la croissance

G7 à Aylesbury : ensemble, nous agissons pour la croissance

J’étais vendredi et samedi à Aylesbury au Royaume-Uni, pour la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales des pays membres du G7, sous présidence britannique. Avec mes homologues, nous avons échangé sur la situation globale de l’économie mondiale et sur la nécessaire régulation financière.

J’ai défendu la position de la France, qui est celle du soutien des politiques de croissance, au service de l’emploi.

La lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux a aussi été abordée, les parties prenantes reconnaissant son caractère essentiel. Les contacts ont à ce titre été renforcés entre administrations fiscales, pour plus de coopération et pour en finir avec le secret bancaire. Je l’ai dit, nous avançons à pas de géant sur ces sujets majeurs, pour aller dans le sens de l’échange automatique d’informations.

Je me suis aussi exprimé à plusieurs reprises et avec force contre l’austérité, mais en faveur du sérieux budgétaire. Les politiques économiques doivent en effet être sérieuses, sans être austères ou punitives. Le changement de ton dans nos échanges internationaux sur ce point m’apparait tout à fait satisfaisant. Les réformes structurelles que nous mettons en place dans nos pays respectifs permettront d’alimenter la reprise et de soutenir l’emploi.

Les conclusions de ces deux jours de travail vont toutes dans le sens d’un meilleur équilibre entre réduction des déficits, consolidation budgétaire et soutien à la croissance, et dans le sens de l’amélioration de la transparence financière au niveau mondial. A un mois du sommet des chefs d’Etat du G8, et dans la perspective du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, mi-juillet à Moscou, ce G7 nous a permis de faire le point sur les grands enjeux de politique économique. Ensemble, nous agissons pour la croissance.

Retrouvez ci-dessous les images de ce G7, un extrait de ma conférence de presse, ainsi que l’interview que j’ai donnée à Bloomberg TV :

Mon entretien avec Jack Lew, Secrétaire d’État américain au Trésor :

 

Mon interview à Bloomberg TV, sur la politique nationale, européenne, internationale :

 

 

 

 

Réunion du G7, à Chequers : 

BJ_ycsbCAAErDK4

 

Un extrait de ma conférence de presse à l’issue du G7 :

 

Invité de la matinale d’iTélé, mes réponses à l’interview politique de Christophe Barbier

J’étais ce matin l’invité politique de Christophe Barbier sur iTélé.

Un an après l’élection de François Hollande, je me suis exprimé sur les nombreuses réformes que nous avons mises en place, sur notre cap du redressement du pays, sur l’équilibre entre réduction des déficits et soutien à la croissance.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de cette interview :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Mon discours lors de l’ouverture des Assises de l’entreprenariat hier

J’ai ouvert hier, avec ma collègue Fleur Pellerin, les Assises de l’entreprenariat. J’ai réaffirmé notre politique volontariste en faveur de la compétitivité française. Le Pacte national pour la Croissance, la Compétitivité et l’Emploi, notamment avec le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et avec la Banque publique d’investissement, constitue une avancée majeure dans le sens du renforcement de notre compétitivité. J’ai aussi rappelé notre volonté de remettre l’entrepreneur au cœur de la société.

Retrouvez ci-dessous le discours que j’ai prononcé à cette occasion :

 

Assises de l’entreprenariat 2013

Ouverture – Lundi 29 avril 2013

 

Mesdames et Messieurs,

C’est avec grand plaisir que j’ouvre aujourd’hui, avec ma collègue Fleur Pellerin, ces Assises de l’entreprenariat – et vous me permettrez d’accueillir particulièrement chaleureusement la vingtaine de chefs d’entreprises du Pays de Montbéliard qui sont parmi nous.

Einstein disait : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. ». Un autre disait que c’était la révolution qui était comme une bicyclette, mais c’est une autre référence. Si on file un peu la métaphore, relever la compétitivité française, c’est pareil, et aujourd’hui nous sommes donc là pour avancer.

Nous avons passé un premier braquet avec le Pacte pour la Compétitivité, la Croissance et l’Emploi, publié le 6 novembre, et sa mesure phare, une baisse du coût du travail de 20 milliards d’euros au travers du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi. Nous passons aujourd’hui le deuxième.

Ces assises doivent je crois être l’occasion, pour le Gouvernement, de faire passer un message et de rétablir quelques vérités.

Ces assises doivent je crois être l’occasion, pour le Gouvernement, de faire passer un message et de rétablir quelques vérités. Je n’ignore pas, en tant que Ministre de l’économie, les interrogations qui peuvent traverser le monde de l’entreprise au sujet des perspectives économiques de notre pays.

Ces Assises ont permis de se dire ce qui doit être dit et de mettre les choses à plat. En cela, elles doivent être un levier pour que, en confiance, nous travaillions ensemble pour redresser la France. J’insiste sur ce thème de confiance. Je veux le dire ici très nettement, en tant que Ministre de l’économie, mais aussi des entreprises : ce gouvernement et les socialistes en général sont des soutiens convaincus de nos entreprises. Cela doit être dit et cela doit être entendu. François Hollande, qui s’exprimera tout à l’heure, est un social-démocrate convaincu. Je le suis aussi. Je n’ignore pas les voix dissonantes qui se font parfois entendre mais c’est cette ligne politique et économique que les Français ont choisi en mai 2012 et c’est elle qui s’appliquera.

Ce « socialisme de la production » part d’une conviction : c’est dans nos entreprises que se créent la valeur et l’emploi

Continuer la lecture