Mon interview dans Le Télégramme

Dans une interview publiée aujourd’hui dans le quotidien régional de Bretagne Le Télégramme, je m’exprime sur le rapport du FMI sur la France, sur notre politique économique et fiscale, sur nos réformes engagées et sur celles à venir, ou encore sur l’emploi.

Retrouvez ci-dessous un extrait de cette interview :

Le rapport du FMI sur la situation économique de la France préconise de « rééquilibrer » les efforts et de « réduire les dépenses plutôt que d’augmenter les impôts » afin de soutenir la reprise. Comment accueillez-vous ces préconisations ?

La France refuse l’austérité. Comme le FMI, elle souhaite privilégier la croissance.

Ce rapport souligne une convergence avec la politique économique que nous menons. Il s’agit de donner désormais priorité à la croissance par rapport à la réduction stricte des déficits. Il faut évidemment poursuivre cette politique de diminution des déficits. L’endettement doit être combattu car la France doit se désendetter. Mais il ne faut pas cultiver le fétichisme du chiffre. La France refuse l’austérité. Comme le FMI, elle souhaite privilégier la croissance. Cela passe par une politique des finances publiques qui réduise les déficits à un rythme maîtrisé et raisonnable, tout en soutenant la croissance. Nous devons aujourd’hui privilégier les économies de dépenses par rapport à la hausse des prélèvements obligatoires.

Est-il aujourd’hui possible de baisser la pression fiscale comme le FMI le préconise ?

Mon objectif est bien de parvenir à une stabilité des prélèvements obligatoires en 2015.

Nous sommes dans une phase de décélération de l’augmentation des prélèvements obligatoires. La droite nous a laissé une situation des finances publiques extrêmement dégradée, avec une tendance qui nous a amenés vers les 5 % de déficit. Voilà pourquoi nous avons demandé aux Français un effort très important, de l’ordre de 30 milliards d’euros, répartis aux deux tiers sur les prélèvements et à la hauteur d’un tiers sur des économies. En 2014, l’effort sera un peu moins important. Nous allons inverser la proportion, puisque ce sera deux tiers d’économies et un tiers de prélèvements. Mon objectif est bien de parvenir à une stabilité des prélèvements obligatoires en 2015. Là encore, il y a une convergence avec l’analyse du FMI.

Le FMI recommande une série de réformes structurelles, par exemple sur les retraites. Ces préconisations sont-elles compatibles avec la politique de votre gouvernement ? Continuer la lecture

Mon agenda prévisionnel de cette semaine – 3 au 7 juin

AGENDA PRÉVISIONNEL

DU LUNDI 3 JUIN AU VENDREDI 7 JUIN 2013

 

Lundi 3 juin :

08h15 : « Matinale de France Info » avec Raphaëlle DUCHEMIN.

10h30 : Entretien avec M. Harlem DÉSIR, Premier secrétaire du Parti socialiste (Bercy).

11h30 : Entretien avec M. Jean-Vincent PLACE, Président du groupe Écologiste au Sénat (Bercy).

13h00 : Déjeuner avec M. Jean-Pierre JOUYET, Directeur général de la Caisse des Dépôts et Président de la Banque publique d’Investissement (BPI) – (Bercy).

15h15 : Entretien avec M. Eric TRAPPIER, Président-Directeur Général du Groupe Dassault Aviation (Bercy).

17h00 : Rencontre avec la délégation française du FMI (Bercy).

Mardi 4 juin :

11h30 : Audition du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen (SRC) avec Mme Christiane TAUBIRA, garde des sceaux, ministre de la Justice et M. Bernard CAZENEUVE, ministre délégué au Budget en présence du Premier ministre sur le projet de loi « Lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière » (Assemblée Nationale).

15h00 : Questions d’actualité (Assemblée Nationale).

16h30 : Entretien avec M. Gérard MESTRALLET, Président de Paris Europlace, M. Arnaud de BRESSON, Directeur général et M. Bruno LAFONT, Président-Directeur Général du Collège « Investisseurs Institutionnels » de Paris-Euro (Bercy).

17h45 : Entretien avec M. Jean-Dominique SENARD, Président du Groupe Michelin (Bercy)

19h00 : Entretien avec M. Benoît HAMON, Ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation (Bercy).

Soir : Discussion, en deuxième lecture du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires (Assemblée Nationale).

Mercredi 5 juin :

10h00 : Conseil des Ministres (Palais de Élysée).

15h00 : Questions d’actualité (Assemblée nationale).

16h30 : Suite de la discussion, en deuxième lecture, du projet de loi de « séparation et de régulation des activités bancaires » – (Assemblée Nationale).

18h00 : Audition, ouverte à la presse, devant la Commission des Lois avec Mme Christiane TAUBIRA, garde des sceaux ministre de la Justice et M. Bernard CAZENEUVE, ministre délégué au Budget sur le projet de loi organique relatif au procureur de la République financier et le projet de loi relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière (Assemblée Nationale).

Vendredi 7 juin :

09h30 : Entretien avec M. Bernard CAZENEUVE, ministre délégué au Budget.

10h30 : Rencontre avec les organisations patronales non représentatives (Matignon).

15h00 : Entretien avec M. Jean-Louis BEFFA, Président d’honneur de Saint-Gobain (Bercy).

17h00 : Réunion ministérielle sur les retraites (Matignon).

Invité de France Bleu Belfort-Montbéliard ce matin

moscovici

J’étais ce matin, à 7h45, l’invité de France-Bleu Belfort-Montbéliard.

Je me suis exprimé sur l’intervention, hier, du Président de la République, qui a délivré un discours de vérité, de redressement, de justice, une vision, une volonté.

J’ai aussi abordé les sujets des retraites, de la simplification, de la compétitivité, de la croissance, de la zone euro, ou encore du redressement.

Voici le script de cette interview :

FRANCE BLEU BELFORT MONTBELIARD

L’INVITE DE LA REDACTION – Le 29/03/2013 – 07:47:32

François PELLERAY

Bonjour Pierre MOSCOVICI.

Pierre MOSCOVICI

Bonjour.

François PELLERAY

Plus d’une heure d’explications hier soir à la télévision et quelques annonces, d’abord sur les retraites. L’allongement de la durée de cotisation est un principe acquis, à quel âge alors, il faudrait repousser… ?

Les Français ont entendu hier un discours de vérité, de redressement, de justice, une vision, une volonté.

Pierre MOSCOVICI

Je ne vais pas revenir et commenter les annonces du président de la République, qui d’ailleurs étaient autant d’annonces de volonté et de méthodes. Ce que j’ai envie de dire surtout c’est que les Français ont entendu hier un discours de vérité, de redressement, de justice, une vision, une volonté, et avant de parler de telle ou telle annonce, il faut dire que ce qui était au cœur de l’entretien d’hier c’était la croissance, c’était l’emploi, c’était la conviction que la France avait beaucoup d’atouts, que c’était un grand pays, mais que ce qui importait c’était de mobiliser toutes nos énergies pour y parvenir. Alors, après, il faut en effet des réformes, et parmi celles-ci il y a la réforme des retraites…

François PELLERAY

Mais pas de précision ce matin ?

Pierre MOSCOVICI

Pourquoi en ferais-je ? Ce qui a été dit hier c’est, un calendrier, une méthode, une volonté. La méthode c’est la concertation, c’est une commission qui a été confiée à une responsable qui connaît admirablement le système de retraite, c’est madame Yannick MOREAU, c’est un calendrier, c’est d’ici la fin de l’année que les choses seront annoncées, et c’est en effet le fait que l’ensemble des paramètres étaient sur la table. Il faut réforme nos systèmes de retraite parce que, en effet, la réforme FILLON était une réforme injuste, il fallait y remédier, nous l’avons fait en remettant la retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui avaient commencé à travailler tôt et qui avaient cotisé longtemps, et donc il fallait remédier à l’injustice, mais il faut aussi financer le système, et le système n’est pas financé contrairement à ce qui avait été affirmé et promis par monsieur FILLON et son gouvernement.

François PELLERAY

Il y a eu une annonce, Pierre MOSCOVICI, c’est la simplification administrative pour les entreprises, est-ce que c’est avec cela qu’on relance la croissance ?

C’est fondamental de simplifier les normes pour les entreprises. Sans les entreprises il n’y a pas de créations de richesses et de créations d’emplois.

Continuer la lecture

Invité de l’émission ‘Bourdin Direct’ sur BFMTV / RMC

J’étais ce matin l’invité de l’émission ‘Bourdin Direct’ sur BFM TV / RMC, à partir de 8h30.

J’ai présenté le cap de notre politique, celui du redressement, celui de la compétitivité et de l’emploi, celui des réformes de structure, celui de la sauvegarde de la zone euro.

J’ai aussi abordé les sujets du financement de l’économie, de la réforme bancaire, de la réduction des déficits et des dépenses publiques, de la politique fiscale, du logement, ou encore de Chypre.

Moi j’ai confiance dans la France, la France est un grand pays, c’est la 5ème puissance économique du monde, et nous sommes en train de prendre les bons choix, les bonnes décisions.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la vidéo de cette interview :

Présentation du rapport de l’OCDE sur la politique économique de la France

CC DHSimon

Le nouveau rapport de l’OCDE sur la politique économique de la France m’a été remis ce matin par Angel Gurria, Secrétaire Général de l’OCDE. Cette étude présente l’analyse et les recommandations du Comité d’examen des situations économiques et des problèmes de développement (Comité EDR) de l’OCDE pour soutenir la croissance potentielle de l’économie française.

Retrouvez ci-dessous le discours que j’ai prononcé à cette occasion et les images de cet évènement :

Discours de Pierre MOSCOVICI

Conférence de presse à l’occasion de la publication de l’Etude France de l’OCDE

– Le Mardi 19  Mars 2013 –

 

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais commencer par remercier M. Gurria et ses services pour ce rapport. C’est un document riche qui aborde des sujets de politique économique cruciaux.

Les réformes engagées depuis plusieurs mois attestent de la détermination du gouvernement à accroître le potentiel de croissance de l’économie française, dans la justice et le dialogue.

Les réformes engagées depuis plusieurs mois attestent de la détermination du gouvernement à accroître le potentiel de croissance de l’économie française, dans la justice et le dialogue. Je me réjouis que l’OCDE, dans bien des cas, en souligne la pertinence. Nos diagnostics sont du reste souvent convergents et les recommandations de l’OCDE à quelques exceptions près partagées.

Quelques mots sur le contexte conjoncturel.

Premier élément de diagnostic partagé, celui sur la situation conjoncturelle et sur la réponse de politique budgétaire à y apporter.

L’économie française est affectée par le ralentissement de l’activité économique dans la zone euro. Les mesures nécessaires pour apaiser les tensions financières ont été prises – même si la situation à Chypre invite à la vigilance – et les doutes qui pesaient sur l’existence même de la zone euro ont été levés. Pour autant, la période de faible croissance – voire de récession pour la zone euro – avec son coût social considérable en terme de chômage persiste.

Ceci justifie le premier axe de notre politique économique : l’attention à la stabilisation en Europe, qui passe par la stabilisation des économies en difficulté et des progrès vers plus d’intégration et de solidarité, et notre attention à ce que la consolidation budgétaire, en Europe comme en France, soit cohérente avec nos objectifs de croissance.

L’économie française n’a pour sa part pas de déséquilibres macroéconomiques majeurs comme le souligne l’OCDE, l’endettement des ménages des Français est limité, la démographie française est dynamique, le système bancaire est solide. Elle possède dès lors un clair potentiel de rebond, dont la matérialisation dépendra de l’activité chez nos partenaires économiques et des politiques que nous conduirons collectivement.

[Politique budgétaire]

Je note que l’OCDE souligne notre volontarisme en matière d’assainissement des finances publiques et reconnaît notre sérieux.

Continuer la lecture

Mon interview au Grand Jury RTL – Le Figaro – LCI

J’étais hier l’invité du Grand Jury RTL – Le Figaro – LCI.
J’ai abordé de nombreux sujets, tels que le pouvoir d’achat, la croissance, l’emploi, les réductions de dépenses publiques, la fiscalité, la TVA, la taxe à 75%, les réformes structurelles, la compétitivité, l’attractivité, les retraites, ou encore l’Europe.

Mon rôle au sein du Gouvernement, c’est de faire en sorte que la politique économique soit cohérente, qu’elle soit une politique de redressement, de redressement des comptes publics, de redressement de la croissance, de redressement de l’emploi.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de cette interview :

Discours d’ouverture de l’Assemblée générale de la Chambre de commerce et d’industrie de France

J’ai prononcé ce mardi 26 février un discours pour l’ouverture de l’Assemblée générale de la Chambre de commerce et d’industrie de France. J’y ai insisté sur la nécessité de remporter, tous ensemble, trois combats essentiels pour notre pays et nos entreprises : la croissance, la compétitivité et la confiance.

Retrouvez l’intégralité de ce discours ci-dessous :

Chambre de Commerce et d’Industrie France – Assemblée générale

Allocution d’ouverture

– Mardi 26 février 2013 –

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les représentants des Chambres de Commerce et d’Industrie,

Il est inhabituel, pour un Ministre de l’Economie et des Finances, de participer à une assemblée générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France. Je voudrais que vous interprétiez ma présence pour ce qu’elle est : à la fois le signe de l’extrême attention que le Gouvernement porte aux entreprises, et une opportunité pour moi de vous dire en personne que ce réseau compte, et que nous avons besoin plus que jamais, dans le contexte économique actuel, de sa plus entière mobilisation.

Le Gouvernement doit remporter trois batailles : la croissance, la compétitivité, et la confiance.

Continuer la lecture

Déplacement à Londres suivi par i>Télé

Mon déplacement à Londres a été suivi, tout au long de la journée, par la chaîne d’information i>Télé.

Retrouvez à ci-dessous les trois vidéos qui ont été enregistrées aujourd’hui à cette occasion :