Mon interview vidéo hier lors du Salon des Entrepreneurs à Paris par Les Echos, BFM Business et L’Entreprise

Hier au Salon des Entrepreneurs à Paris, j’ai exposé ma vision du rôle des entreprises et des entrepreneurs dans la croissance de notre pays, dans une interview pour Les Echos, BFM Business et L’entreprise. J’en suis convaincu, Bercy doit être la maison des entreprises, partenaire attentif de leurs évolutions et force de proposition pour répondre à leurs besoins en matière de financement, de développement, et de simplification.

Pour plus de détails, je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous :


P. Moscovici : « Je conçois Bercy comme la… par lesechos

Discours pour la Plénière d’ouverture du Salon des Entrepreneurs aujourd’hui

J’ai visité aujourd’hui le Salon des Entrepreneurs à Paris, à la rencontre des entrepreneurs et des entreprises. J’ai conclu la plénière d’ouverture du Salon, sur le thème « Entreprendre en 2014 ! Méthodologie, accompagnement et bonnes pratiques pour entreprendre ». Ministre de l’Economie et des Finances, je suis aux côtés des entreprises pour qu’elles se développent en France, pour qu’elle innovent et embauchent. C’est le sens de mon discours, que vous pouvez lire ci-dessous :

Discours pour la plénière d’ouverture du Salon des Entrepreneurs

– Mercredi 5 février 2014 –

 

 

Monsieur le Président de la CCI Paris Ile-de-France,

Monsieur le Président du Groupe les Echos,

Mesdames et Messieurs les Présidents,

Mesdames et Messieurs,

 

Bonjour à tous et merci pour votre présence aujourd’hui.

Si je suis présent parmi vous, à la 21e édition du Salon des entrepreneurs, c’est parce que je suis le ministre de l’Economie et des Finances. C’est-à-dire le « ministre des entreprises ». Et Bercy est la « Maison des entreprises ». Nous sommes mobilisés, à vos côtés, pour vous soutenir et vous accompagner dans vos projets et dans votre travail au quotidien.

Je suis ici pour vous dire à quel point l’action publique est forte et engagée au service de l’emploi. Et donc des entreprises, et donc des entrepreneurs.

Je suis ici pour vous dire à quel point l’action publique est forte et engagée au service de l’emploi. Et donc des entreprises, et donc des entrepreneurs. Le Gouvernement veut répondre à l’urgence de vos besoins. C’est précisément la raison pour laquelle le Président de la République a souhaité créer le Pacte de responsabilité. Le pari qui est fait est celui de l’investissement, pour l’innovation et la compétitivité, et donc pour l’emploi. C’est dans ce sens que le Gouvernement avait lancé les Assises de l’entrepreneuriat, en janvier 2013, – il y a un an -, avec pour mission de réfléchir à de nouvelles mesures en faveur de l’entrepreneuriat en France. Cette initiative montre qu’il s’agit d’une priorité du Gouvernement et de sa volonté d’avoir une approche globale de la problématique qui concerne toutes les dimensions de la vie de l’entreprise.

Le ministre des entreprises que je suis a également à cœur, – à l’aide de la réforme fiscale -, d’orienter l’épargne vers les TPE et les PME.

Le ministre des entreprises que je suis a également à cœur, – à l’aide de la réforme fiscale -, d’orienter l’épargne vers les TPE et les PME, pour qu’elles soient mieux aidées et pour qu’elles puissent, – plus facilement, plus rapidement -, investir, grandir et conquérir ! Les outils sont là ; c’est le sens des réformes que j’ai pilotées depuis le début du quinquennat. Le PEA-PME, dont les décrets sont sur le point de paraître. Le corporate venture, qui incite à l’investissement en fonds propres des grandes entreprises dans les PME/ETI. La réforme de l’assurance-vie, dont l’objectif est d’augmenter massivement la part de l’assurance-vie investie en actions. La réforme des dispositifs d’incitation à l’investissement des particuliers dans les PME et les entreprises innovantes.  Ou encore, la réforme des plus-values mobilières afin d’encourager la création d’entreprise.

Les questions de financement demeurent, pour beaucoup d’entre vous, un sujet d’inquiétude : je le sais. Cette situation est d’abord le résultat de la conjoncture difficile. Notre devoir est de vous aider. Les outils de la Bpifrance, en partenariat avec les acteurs financiers, permettent de soutenir la trésorerie des entreprises en cas de difficultés et de répondre à leurs besoins de financement. Je suis également mobilisé pour que les banques soient plus particulièrement attentives aux PME.

Mais il faut également se tourner vers des solutions novatrices. Je sais que vous attendez beaucoup du financement participatif, dont le Président de la République avait annoncé l’établissement d’un cadre juridique lors des Assises de l’entrepreneuriat. C’est un sujet qui passionne, à juste titre ! Je vous remercie d’avoir joué le jeu de la concertation, qui nous permettra, à Fleur Pellerin et à moi, de vous présenter dans les prochaines semaines, un cadre permettant une réelle intégration du crowdfunding dans la chaîne de financement des entreprises.

Depuis le début du quinquennat, nous avons souhaité mettre en place très rapidement des mesures très concrètes, très simples et très efficaces parce qu’elles sont très importantes pour vous.

Continuer la lecture

« Mon plan pour réduire les délais de paiement » : tribune publiée dans Les Echos

Mon plan pour réduire les délais de paiement

Retrouvez ci-dessous ma tribune parue aujourd’hui dans le quotidien Les Echos au sujet des délais de paiement.

J’ai été récemment interpellé dans ces colonnes à propos des délais de paiement (« Les Echos » du 27 février) : « Encore un effort, Monsieur Moscovici », me disait-on. Je veux dire en quoi le plan que j’ai annoncé au Salon des Entrepreneurs est une réponse forte et cohérente à la question soulevée.

Derrière les délais de paiement se cache un enjeu macroéconomique, tellement important que le Premier ministre l’a mis au troisième rang des décisions du pacte pour la compétitivité, la croissance et l’emploi.

Pourquoi, d’abord, s’intéresser à ce qui peut apparaître comme un simple sujet de relations commerciales ? Parce que derrière les délais de paiement se cache un enjeu macroéconomique, tellement important que le Premier ministre l’a mis au troisième rang des décisions du pacte pour la compétitivité, la croissance et l’emploi. On oublie trop souvent qu’à court terme les banques des entreprises… ce sont surtout les entreprises elles-mêmes. Comme le précise le rapport de Jean-Michel Charpin, que j’ai récemment rendu public, les délais de paiement que s’octroient les entreprises entre elles sont à l’origine d’un crédit implicite de court terme qui représentait en 2012 plus de 600 milliards d’euros, soit… 30 % du PIB.

J’ai proposé, il y a trois semaines, un plan de renforcement de la trésorerie des entreprises.