Extrait de mon livre « Combats – Pour que la France s’en sorte » : Le socialisme de l’offre (10/15)

Retrouvez un nouvel extrait de mon livre, consacré aujourd’hui au socialisme de l’offre.

 

 

 

Extrait 10 : le socialisme de l’offre

 

 

 

« Il y a toujours eu deux conceptions, une conception productive – on a même pu parler du socialisme de l’offre – et une conception plus traditionnelle où on parlait de socialisme de la demande. Aujourd’hui, nous avons à faire un effort pour que notre offre soit consolidée, plus compétitive. » Ces mots, que le président de la République prononce lors de sa conférence de presse de novembre 2012, donnent la ligne de la politique économique du gouvernement.

 

 

 

C’est l’honneur de ce gouvernement, suite au rapport Gallois, d’avoir laissé de côté une position partiellement idéologique et très datée, et d’avoir pris la mesure d’un enjeu national.

 

 

 

« À gauche, même du temps de Lionel Jospin ou de François Mitterrand, personne n’a jamais été partisan d’une telle politique, estimant que trouver un compromis avec les entreprises revenait à mener une politique libérale », estime le politologue Gérard Grunberg. Manière de dire que nous avons fait, sur ce point, notre aggiornamento. Dans l’opposition, nous avons rejeté toute idée que la France souffrait d’un problème de compétitivité liée au coût du travail. C’est l’honneur de ce gouvernement, suite au rapport Gallois, d’avoir laissé de côté une position partiellement idéologique et très datée, et d’avoir pris la mesure d’un enjeu national.

 

 

 

Aux côtés du président de la République et de Jean-Marc Ayrault, j’ai contribué à concevoir, puis largement porté, le Pacte pour la compétitivité, la croissance et l’emploi

 

 

 

Continuer la lecture