Les vrais enjeux

La campagne présidentielle, qui m’occupe pleinement, ne m’a pas laissé le temps d’écrire ici depuis plusieurs semaines déjà. A quatre semaines du 1er tour, je veux rappeler les vrais enjeux en vue du 22 avril.

François Hollande a participé, dans ce moment douloureux, au consensus national. Chacune de ses paroles, chacun de ses actes a été juste, digne, grave, de nature à apaiser et rassembler

La semaine écoulée a été marquée, bien sûr, par la tragédie qui a endeuillé la France, avec les assassinats abjects de Montauban et Toulouse. La campagne présidentielle ne pouvait pas, évidemment, se poursuivre imperturbablement alors que la Région Midi-Pyrénées et Toulouse étaient sous le choc, que la communauté juive pleurait ses enfants, que l’armée rendait hommage à ses soldats tués, que le siège du fanatique, Mohamed Merah, se déroulait. François Hollande l’a immédiatement compris. Dès lundi, il s’est rendu sur place, à l’école Ozar Hatorah. Le mercredi, il est allé dans le Tarn, pour la cérémonie à la mémoire des militaires tués. Et il a décidé, d’emblée, de suspendre sa campagne, de reporter en particulier l’important meeting prévu à Rennes, qui aura finalement lieu le 4 avril. Il a participé, dans ce moment douloureux, au consensus national. Chacune de ses paroles, chacun de ses actes a été juste, digne, grave, de nature à apaiser et rassembler. Cette attitude n’a pas été, comme je l’ai entendu ici et là, une « stratégie » mais un devoir : quand la collectivité nationale est blessée, le rôle d’un homme d’Etat est d’être à ses côtés, de rassurer, de réconcilier.

Continuer la lecture