La France a renoncé sous la pression allemande

Le sommet franco-allemand a révélé l’incapacité du chef de l’Etat français à résister à la logique économique de Mme Merkel, qui privilégie la stabilité financière au détriment de toute solidarité.

Marianne : Quelles conclusions tirez-vous du sommet franco-allemand?

Pierre Moscovici : C’est un renoncement absolu de la part de Nicolas Sarkozy. Le sommet a, certes, permis des microavancées (la perspective d’une taxe sur les transactions financières, la mise en place d’un gouvernement économique de l’Europe), mais il a surtout été marqué par un recul fondamental, un pas en arrière extraordinaire, puisque la France et l’Allemagne ont enterré la possibilité des euro-obligations, Sarkozy participant lui-même à ces funérailles. C’était « la » mesure qu’il fallait prendre, et c’est la mesure à laquelle on a renoncé sous la pression allemande.

A quoi joue l’Allemagne en refusant le principe des euro-obligations?

P.M. : Mme Merkel veut imposer à l’Europe une logique de stabilité financière sur le modèle de sa propre pratique en matière de finances publiques. Elle refuse toutes perspectives de solidarité, de mutualisation de la dette et de relance de la croissance. C’est une logique que l’on peut comprendre, compte tenu du paysage politique allemand et du poids des conservateurs, mais que je conteste.

Continuer la lecture

Forum Libération de Lyon : construction européenne et idéal démocratique ?

Drapeau européen

Pierre Moscovici était le 25 septembre l’invité du forum Libération de Lyon (en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès) pour participer au débat débat « Construction européenne et l’idéal démocratique  ? ».

Chers amis,

Je remercie la Fondation Jean Jaurès et Libération de m’avoir invité à ce forum. C’est à chaque fois un réel plaisir pour moi d’être parmi vous, et je tiens à les féliciter pour la qualité de leurs forums dont, je crois, il n’existe aujourd’hui pas vraiment d’équivalent en France.

Il était d’autant plus important pour moi d’être parmi vous aujourd’hui qu’il s’agit d’un sujet qui me tient à cœur, celui de l’Europe. Ancien MA européennes, ancien membre de la Convention européenne, ancien membre du parlement européen, aujourd’hui député, ancien VP de la Commission des affaires européennes… l’Europe est presque mon métier. J’y ai consacré 13 ans de ma vie politique. Je tâcherai donc de vous donner le point de vue d’un acteur, engagé, partial, sans doute, ni aveugle, ni prosélyte.

Construction européenne et idéal démocratique ? Vous remarquerez que tout est dans le point d’interrogation, à tel point que certains esprits chagrins verront dans cette formulation un oxymore.

Continuer la lecture